L’édition numérique en Espagne

La semaine dernière, nous avons amorcé une série d’articles sur le marché du livre espagnol avec une présentation de l’industrie de l’édition en Espagne. Aujourd’hui, nous vous faisons part de quelques réflexions d’Arantxa Mellado et de Silvia Mas sur l’édition numérique et sur les habitudes de lecture des Espagnols.

Cela fait déjà de nombreuses années que la vague du numérique a déferlé sur l’industrie de l’édition en Espagne. En effet, les entreprises espagnoles se sont montrées précurseurs dans le lancement de nouveaux modèles économiques, à l’image de la création de la première maison d’édition numérique fondée par un agent littéraire (projet « Palabras mayores » de Carmen Balcells) et du premier service d’abonnement à des catalogues de livres numériques (24Symbols). De plus, l’Espagne compte parmi les premiers pays européens à avoir eu un distributeur proposant uniquement des ouvrages en version numérique, Libranda, et a été le premier pays à proposer une plateforme d’autoédition numérique (Bubok). En outre, ces dernières années, de jeunes entreprises proposant toutes sortes de services dans le domaine de l’édition (commercialisation, production, ventes, conversion, etc.) continuent de voir le jour, de même que de nouveaux distributeurs, boutiques, sites Web de recommandation de lectures, etc.

En fait, les éditeurs eux-mêmes semblent avoir été les derniers à faire un pas en avant en direction du nouvel écosystème numérique. Cette situation paradoxale (où il y a une bonne infrastructure technique ainsi que des moyens logistiques et de commercialisation, mais très peu de contenu numérique à vendre), associée à la profonde récession économique, n’a pas favorisé un développement sain du marché du livre numérique. Si l’on compare le marché espagnol aux autres marchés européens, on observe une évolution très similaire des mesures prises par l’ensemble des éditeurs.

Cependant, au cours des deux dernières années, les éditeurs espagnols ont pris conscience de l’importance du format numérique, si facilement exportable vers les marchés hispanophones, et ont commencé à numériser massivement leurs ouvrages.

L’édition numérique en chiffres

En Espagne, l’édition numérique est le seul segment du secteur de l’édition à connaître une hausse, plus précisément 13,9 % au cours des quatre dernières années. Les chiffres officiels proviennent de données fournies par l’agence espagnole chargée de l’attribution des ISBN. Si l’on ajoutait les données concernant les auteurs indépendants qui publient directement sur des plateformes telles que Kindle Digital Publishing (KDP), qui ne requiert pas l’obtention d’un ISBN, on constaterait que la hausse a été nettement supérieure.

Cependant, la grave crise économique dans laquelle l’Espagne s’est enfoncée ces dernières années a considérablement ralenti la progression du marché du livre numérique, de sorte que ce marché est loin d’atteindre l’ampleur de celui des États-Unis et du Royaume-Uni, même si sa situation est comparable à celle des autres marchés européens. En 2013, les livres numériques représentaient un chiffre d’affaires d’environ 80,27 millions d’euros (3,2 % du marché global de l’édition espagnole), soit 8,1 % de plus qu’en 2012. De plus, le marché espagnol de l’édition numérique gagne en maturité. L’offre de livres numériques a augmenté de 89,3 %, pour atteindre 183 893 titres en 2013. En outre, quatre éditeurs sur six (43,9 %) publient dans des formats autres que l’imprimé, un chiffre qui témoigne d’une tendance à la hausse (41,7 % en 2012, 37,9 % en 2011 et 34,6 % en 2010). L’édition dans des formats autres que l’imprimé représente désormais 9,1 % du chiffre d’affaires global.

Les habitudes de lecture

Parallèlement à cet éclairage sur le marché du livre numérique en Espagne, il est intéressant d’examiner les habitudes de lecture des Espagnols à la lumière des chiffres avancés en 2013 par la Federación de Gremios de Editores de España (FGEE), l’association professionnelle des éditeurs espagnols :

  • 92 % de la population espagnole lit au moins un livre, en version papier ou numérique, tous les trois mois.
  • 63 % des Espagnols affirment lire tant par plaisir durant leur temps libre que pour le travail ou les études. Dans ce cas, ils lisent en moyenne environ 11 livres par an.
  • De façon générale, les femmes lisent davantage de livres (8 points de pourcentage de plus que les hommes). Cependant, les hommes lisent davantage que les femmes pour le travail ou les études, surpassant ces dernières de 4,8 points.
  • De tous les lecteurs, ce sont les jeunes qui lisent le plus de livres, les étudiants en tête.
  • Les œuvres littéraires (romans, nouvelles, essais, poésies et pièces de théâtre) sont les plus lues.
  • Le dernier livre lu par 24,3 % des lecteurs était un livre broché; 91,5 % des livres lus étaient écrits en espagnol.
  • Dans 83,9 % des cas, les Espagnols se plongent dans la lecture par plaisir ou comme passe-temps (divertissement). La majorité de ces lecteurs sont les femmes et les personnes âgées de plus de 35 ans. Les jeunes lisent surtout pour l’école tandis que les personnes âgées de 35 à 44 ans lisent davantage à des fins de consultation ou pour le travail.
  • La plupart des lecteurs (65,2 %) achètent leurs livres. 27,3 % les empruntent. Parmi eux, 9,5 % se sont adressés à une bibliothèque.
  • Chaque foyer possède en moyenne 201 livres. Cependant, seulement 22,1 % des ménages ont plus de 200 livres, et 19,1 % n’en possèdent pas plus de 20.
  • Les hommes lisent davantage en format numérique (65,6 %) que les femmes (50,4 %). Près de 9 jeunes sur 10 âgés de 14 à 34 ans lisent en format numérique.
  • La lecture sur des appareils qui ne sont pas conçus spécifiquement pour cela, comme des tablettes ou des téléphones intelligents, est en progression alors que l’utilisation de liseuses, à l’exception du Kindle, est à la baisse.
  • Les détenteurs d’une liseuse numérique lisent en moyenne 16 ouvrages par an, dont la moitié sur leur liseuse.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur l’édition en Espagne, téléchargez notre guide complet ici.

2015-11-05 | Droits, Export, Guides de marché