Les circuits de vente de livres numériques sur le marché du livre espagnol

Dans le dernier article de notre série consacrée au marché du livre espagnol, nous avons examiné les circuits de vente de livres imprimés en Espagne. Aujourd’hui, nous passons en revue les circuits de vente de livres numériques pour ce même marché et abordons les occasions d’affaires que ces derniers offrent aux éditeurs canadiens.

La nature « immatérielle » du livre numérique le rend facile à transporter et à distribuer, puisque cela ne requiert qu’une connexion Internet et un dispositif de lecture (p.ex., un téléphone intelligent). Fort de cette caractéristique, le livre numérique est exportable partout dans le monde et par l’entremise de n’importe quelle librairie en ligne, peu importe le pays et la langue d’origine. Ainsi, un éditeur canadien peut facilement vendre des livres numériques en anglais et en français en passant par n’importe quelle librairie en ligne d’Espagne et d’Amérique latine, et peut souvent aussi vendre ses livres sans intermédiaire.

Évidemment, le circuit de vente formé par les librairies en ligne est beaucoup plus vaste que celui composé des librairies qui ont pignon sur rue. La raison est évidente : aux librairies en ligne espagnoles viennent s’ajouter les distributeurs mondiaux tels que Google, Amazon, Apple, Fnac, Barnes & Noble et Kobo, qui vendent tous des livres en espagnol. Contrairement aux ventes de livres traditionnels, celles de livres numériques sont en constante augmentation depuis 2011. La majeure partie des ventes (74,5 %) se font par l’intermédiaire de distributeurs, ce qui prouve que les éditeurs espagnols trouvent cette méthode efficace pour atteindre leurs lecteurs.

Les ventes de livres numériques sont majoritairement réalisées par les géants internationaux Amazon, Apple et Google, suivis de Tagus, entreprise espagnole, et de la Fnac, commerçant français. La quasi-totalité des librairies espagnoles qui ont un site Web vendent des livres numériques en espagnol, mais peu d’entre elles proposent des livres numériques en anglais ou en français.

Bibliothèques

En septembre 2014, le ministère espagnol de la Culture a lancé eBiblio, un service gratuit de prêt de livres numériques par les bibliothèques publiques. eBiblio fournit 200 000 licences de prêt, ce qui correspond à 1 500 titres pouvant être empruntés par les détenteurs d’une carte de bibliothèque. Chaque licence permet en moyenne 28 utilisations ou prêts uniques, ce qui veut dire qu’un total de 5,6 millions de lectures gratuites seront offertes au cours de la première étape du projet. En terme d’utilisateurs, ce chiffre équivaut à 47,5 % du nombre des personnes abonnées aux bibliothèques publiques. eBiblio fonctionne grâce à la plateforme technologique de Libranda, commune à toutes les bibliothèques, à l’exception de la bibliothèque du Pays basque qui possède son propre système. Lancée en 2010 par les principaux groupes d’édition espagnols, Libranda est une entreprise qui se consacre à la distribution de contenu numérique. Son système eBiblio reproduit l’écosystème du nuage informatique et propose aux utilisateurs un « double téléchargement » – en diffusion en continu pour les systèmes d’exploitation iOS et Android – permettant une lecture en ligne et hors ligne. Il suffit à l’utilisateur de télécharger l’application de la bibliothèque pour avoir accès, à partir de son appareil de lecture, aux livres qu’il a empruntés. Par ailleurs, l’entreprise Libranda s’est vu confier la tâche d’offrir l’accès à 1 500 titres subventionnés par le ministère de la Culture (1 000 romans et 500 ouvrages de contenu divers), un chiffre encore trop bas pour satisfaire la demande des utilisateurs. Moins de deux mois après son lancement, le service de prêt de livres numériques eBiblio enregistrait plus de 25 000 prêts et 11 000 utilisateurs actifs partout au pays. Actuellement, le catalogue des bibliothèques espagnoles contient très peu de livres numériques en langues étrangères, et ceux qui y sont répertoriés sont en anglais et en français, et sont surtout axés sur l’apprentissage de ces langues. Selon les gestionnaires de bibliothèque, il n’y a pas assez de livres numériques dans ces deux langues, et le choix n’est pas assez vaste pour combler la demande croissante pour ce type d’ouvrages. Devant ce constat, la nouvelle bibliothèque numérique d’Euskadi, baptisée « eLiburutegia », se donne comme objectif de vendre des abonnements aux écoles l’année prochaine, en consacrant un poste budgétaire aux livres numériques en anglais et en français.

Ainsi, les occasions d’affaires sont énormes pour les éditeurs canadiens, qui pourraient intégrer leur catalogue dans le circuit des ouvrages destinés aux bibliothèques.

Types d’abonnement

L’Espagne a été le premier pays à avoir une plateforme d’abonnement aux livres numériques. Symbols, pionnière dans l’application du modèle « Spotify » aux livres, a été fondée en Espagne et jouit d’une forte présence à l’international. Depuis, de nombreuses entreprises se sont lancées dans la vente de livres numériques par abonnement. Nous recommandons vivement aux éditeurs canadiens et espagnols d’utiliser, en soutien aux circuits de vente traditionnels, l’un ou l’ensemble des circuits de vente de livres numériques par abonnement. En Espagne, cinq entreprises proposent un service de lecture sur abonnement : 24Symbols, Nubico, Amazon, Suscribooks et Skoobe.

La vente directe de livres numériques

La vente directe de livres numériques suit un schéma semblable à celle des livres traditionnels : il y a un fort pourcentage d’activité interentreprises, qui se reflète dans les ventes directes aux bibliothèques et aux autres institutions. Cependant, les particularités de la vente en ligne créent aussi de nouvelles formes de ventes directes, qui commencent à être adoptées par les maisons d’édition :

  • La vente directe aux lecteurs par l’entremise du site Internet de l’éditeur. Alors que les grandes maisons d’édition vendent en direct et gèrent elles-mêmes leurs commandes, les éditeurs de petite et moyenne tailles vendent leurs ouvrages en utilisant les programmes d’affiliation des librairies.
  • La vente directe aux circuits de vente par abonnement. Bien que ces circuits soient également accessibles par l’entremise des plateformes de distribution en ligne, les entreprises de vente d’abonnement s’emploient à signer des contrats directement avec les éditeurs.
  • La vente directe aux bibliothèques, qui en est encore à ses prémisses. Pour le moment, les bibliothèques se tournent vers les plateformes de distribution, mais on s’attend à ce que, dans un avenir rapproché, elles traitent également directement avec les éditeurs. On estime que, d’ici un an, les ventes directes représenteront plus de la moitié du revenu total des ventes d’un éditeur de livres numériques.

La semaine prochaine, nous vous proposerons d’autres conseils de la part des consultantes auteures du guide de marché sur l’Espagne, Aranxta Mellado et Silvia Mas, sur les solutions pour exporter des livres en Espagne ainsi que quelques recommandations pour faire votre entrée sur ce marché.

Vous souhaitez en apprendre davantage sur la vente de livres en Espagne ? Téléchargez notre guide de marché complet.

2015-12-03 | Export, Guides de marché, Numérique