Livres canadiens, de grands voyageurs : Andrew Wooldridge

Livres Canada Books s’entretient avec des éditeurs canadiens pour en savoir plus sur leur activité de commercialisation à l’étranger et sur la place qu’occupent les livres canadiens sur le marché international. Découvrez comment les éditeurs canadiens qui exportent mènent leur activité de commercialisation !

Andrew Wooldridge d’Orca Book Publishers

1. Qui êtes-vous et que faites-vous ?

Andrew Wooldridge, éditeur et propriétaire d’ Orca Book Publishers.

2. Décrivez, en une phrase, votre programme d’édition.

Orca est un éditeur de livres de grande qualité et primés pour enfants, adolescents et lecteurs réfractaires de tous âges.

3. Quel titre est le plus gros vendeur chez vous ? Selon vous, qu’est-ce qui fait que ce titre est un succès à l’étranger ? De façon générale, quelle est la clé de la réussite à l’étranger ?

Notre collection Seven est, sans aucun doute, celle qui connaît le plus grand succès à l’étranger, sans compter les États-Unis. Cette collection s’est avérée un succès en matière de territoires vendus.

4. Quels sont vos principaux marchés d’exportation ? À votre avis, qu’est-ce qui rend ces marchés compatibles avec les livres que vous publiez ?

Les États-Unis sont notre marché d’exportation principal; il qui représentent 60 % de nos ventes. Nous publions des livres qui s’exportent très bien dans ce pays. La Corée est notre marché principal pour la vente de droits.

5. Nommez un des livres que vous aimeriez faire connaître sur le marché des droits à l’étranger. En ce moment, quels titres votre maison d’édition est-elle impatiente de promouvoir ?

Notre prochaine collection Just Enough. Des livres qui parlent de sujets délicats et qui sont écrits pour de très jeunes enfants et leurs parents. Ils sont conçus de façon à faciliter le dialogue sur des sujets tels que la naissance, la mort, la diversité, la séparation et le divorce.

6. Citez quelques-uns des plus grands défis que vous avez à relever lors de la promotion de vos livres sur les marchés internationaux.

Rencontrer un nombre suffisant de personnes, accéder aux marchés étrangers et ne pas parler l’italien ou le coréen !

7. Quel est votre événement préféré, en lien avec le monde du livre, à l’extérieur du Canada ?

BookExpo America et la Foire du livre jeunesse de Bologne.

8. Si vous aviez un livre canadien à recommander à un lecteur étranger, quel serait-il ?

Le livre Button Hill écrit par Michael Bradford. La seule chose dont Dekker a besoin, c’est d’un vieux livre, d’une tomate verte et du courage pour rester humain.

2015-09-08 | Entrevue, Export