Canada’s Official Languages

Policy Versus Work Practice in the Federal Public Service

Auteur/ Illustrateur / Sous la direction de : Helaina Gaspard

Canada’s official languages legislation fundamentally altered the composition and operational considerations of federal institutions. With legislative change, Canada’s public service has achieved the equitable representation of its two official languages groups, provided services to the public in both official languages, and has codified rights for public servants to work in their official language of choice. On paper, the regime is robust. In practice, there is a persistent divergence between policy and practice, as English dominates as the regular language of work in the federal public service.

Through an historical institutionalist lens based on extensive archival research and semi-structured interviews, Gaspard shows that the implementation of official languages policy in the federal public service from 1967–2013 could not challenge the predominance of English as the operating language of the federal public service.

The analysis of the roles of actors, ideas and institutions that influenced the policy implementation process show that a lack of structural change, inadequate managerial engagement, and a false sense that both official languages are equally ingrained in the public service explain the persistence of English as the dominant language of work.

This book is published in English.

La politique sur les langues officielles du Canada a transformé la composition et les considérations opérationnelles des institutions fédérales. Grâce aux modifications législatives, la fonction publique du Canada a réussi à mettre en place une représentation équitable de ses deux groupes de langues officielles, assure la prestation de services au public dans les deux langues officielles, et a procédé à la codification des droits des fonctionnaires de travailler dans la langue officielle de leur choix. En théorie, le régime est robuste. En pratique, il existe un fossé entre politique et pratique, l’anglais s’étant établi comme langue dominante de travail dans la fonction publique fédérale.

En adoptant une approche historique à cette question institutionnelle et au moyen de recherches archivistiques et d’entrevues mi-structurées, Gaspard fait valoir que de 1967 à 2013, la mise en oeuvre du programme de langues officielles à la fonction publique fédérale n’a pu influer sur la trajectoire de l’anglais comme langue prépondérante de travail.

L’analyse des rôles des intervenants et des institutions qui ont façonné le processus met en lumière le fait que l’absence de changements structurels, l’engagement insuffisant des gestionnaires, de même que la perception erronée que les langues officielles sont toutes deux bien ancrées dans la fonction publique se conjuguent pour expliquer la persistance de l’anglais comme principale langue de travail.

Ce livre est publié en anglais.

Éditeur
University of Ottawa Press / Presses de l’Université d’Ottawa
DateISBNCode BISACThémaDroits disponibles
9780776623368CFDMWORLD
LangueFormatDimensionsPrixNombre de pages
Anglais19.99 $ CA162