Transferts massifs d’eau : outils de développement ou instruments de pouvoir?

Longtemps considérée comme un bien inépuisable, l’eau représente aujourd’hui un enjeu crucial pour toutes les sociétés. La crise actuelle, bien plus qu’une question de rareté, en est une de répartition, de distribution et de choix relatifs à l’usage de cette eau. Doit-on, par le biais de grands barrages, d’immenses aqueducs ou de stations de pompage, prendre l’eau, là où elle est disponible, et la transférer vers les territoires affectés par une rareté croissante ou une demande supérieure à l’offre de la nature? L’apparente simplicité de ces solutions techniques ne risque-t-elle pas de masquer la complexité politique, sociale et environnementale des coûts de tels travaux? Les transferts massifs d’eau sont-ils une solution? Sont-ils utiles à l’ensemble de la société, ou permettent-ils trop souvent d’éviter la question plus ardue de la rationalisation des usages?

Éditeur
Presses de l’Université du Québec
DateISBNCode BISACThémaDroits disponibles
07/09/20059782760513792GTUE003 Travaux universitaires ou d'érudition / SHS
LangueFormatDimensionsPrixNombre de pages
x 23 cm x 15 cm59 $ CA570