La conférence The Markets à la Foire du livre de Francfort

Trouver des renseignements précis et à jour sur les marchés internationaux peut parfois sembler un défi colossal. Le mois dernier, nous avons eu le plaisir de participer à la conférence The Markets, à la Foire du livre de Francfort. Organisée en partenariat avec Publishing Perspectives, la conférence a lieu la veille du plus important événement du secteur de l’édition et rend compte de nombreuses tendances dans l’univers de l’édition internationale et communique les informations les plus récentes sur certains marchés du monde. L’édition de cette année a présenté des exemples réels d’innovations en matière d’édition dans divers marchés internationaux, en mettant l’accent sur des idées novatrices de jeunes éditeurs de talent, sur des plateformes et des méthodes nouvelles permettant de rejoindre les lecteurs et sur l’importance de trouver le bon contenu pour les bons publics et dans le bon format.

Les séances qui ont suivi la populaire allocution principale ont abordé plusieurs de ces éléments. Au cours de la prochaine semaine, nous vous présenterons une analyse de certaines séances de cette journée.

 Croissance et diversité dans les marchés internationaux

L’allocution principale de la conférence, prononcée par Charlie Redmayne, PDG, Harper Collins, R.-U., a donné le ton en manifestant un enthousiasme mesuré et a abordé un grand nombre des thèmes qui seraient par la suite discutés par les autres présentateurs. M. Redmayne a souligné la résilience du livre imprimé et sa capacité à survivre aux côtés de formats qui menaçaient de le supplanter, comme le livre numérique et, plus récemment, le livre audio. Déjouant les pronostics d’élimination du livre traditionnel, le livre imprimé n’est jamais disparu, vivant plutôt un « déclin arrêté ».

Si M. Redmayne a dressé un portrait plutôt positif du monde de l’édition au Royaume-Uni – croissance maintenue du livre numérique et imprimé, croissance du livre audio en hausse et des contenus qui rejoignent des publics par divers autres moyens électroniques -, son discours a aussi été directif, rappelant aux personnes présentes que la tâche des éditeurs modernes consiste à publier leurs auteurs sur autant de plateformes que possible (et de s’assurer que leurs auteurs sont rémunérés). Aux éditeurs qui recherchent des façons de naviguer dans l’environnement actuel du secteur de l’édition, il a donné les conseils suivants :

  • Déterminez et adoptez les tendances émergentes et internationales, comme le livre à colorier pour adultes, qui est apparu en France et est devenu un immense succès ailleurs dans le monde;
  • Améliorez vos collaborations avec le secteur de détail traditionnel et avec les détaillants émergents;
  • Faites en sorte que votre « concept » soit disponible sur le plus grand nombre de plateformes possible – par exemple, il peut être utile de considérer la consommation de contenus audio numériques comme étant semblable à la consommation de musique en ligne que comme un marché qui cannibalise les livres numériques ou traditionnels;
  • Adoptez une culture de l’expérimentation et de l’innovation, notamment de nouveaux modèles d’affaires avec de nombreux partenaires ou voies d’accès au marché, p. ex. modèles d’abonnement;
  • Cherchez à comprendre les consommateurs et à adapter les contenus à des publics de plus en plus internationaux. Les personnes qui lisent sont plus nombreuses que jamais auparavant dans l’histoire, ce qui ouvre la possibilité d’offrir des lots de droits multiples ou mondiaux, et la capacité à diffuser des contenus à l’échelle planétaire.

Le choix des présentateurs et les marchés mis en lumière à la conférence cette année ont souligné la diversité de l’édition mondiale et la multitude de moyens utilisés par les éditeurs pour assurer la promotion de leurs livres et de leurs auteurs.

Il convient de noter tout particulièrement la présentation sur le marché du livre en Géorgie faite par Gvantsa Jobava, présidente de l’association géorgienne des éditeurs et des libraires, qui est également à la tête du programme d’édition du projet Géorgie, invité d’honneur à la Frankfurter Buchmesse 2018. Comme dans le webinaire qu’elle a animé pour Livres Canada Books, Mme Jobava a décrit le monde de l’édition en Géorgie, petit mais néanmoins dynamique. Si le pays compte 100 maisons d’édition enregistrées et une grande chaîne de librairies, Biblusi, Mme Jobava a expliqué que Facebook (encore plus que Twitter ou que les autres plateformes) est essentiel pour la promotion des auteurs géorgiens. Mme Jobava a également décrit les nombreux canaux qui permettent la promotion des livres en Géorgie, notamment le système de transport public, les festivals de musique, les salons du livre locaux et les jours du livre, ainsi que des livres offerts en cadeau grâce à la participation de banques et du service postal. Voici quelques-uns des modèles d’affaires les plus novateurs décrits par Mme Jobava : le télémarketing de livres; les marchés extérieurs tenus dans des entreprises privées, des institutions publiques, des écoles, etc., où les livres sont vendus au rabais aux employés et aux élèves; et la campagne « 50 livres à lire avant de mourir » jumelée à un journal très populaire, grâce à laquelle les lecteurs recevaient un rabais substantiel sur des livres quelques semaines avant leur lancement dans les magasins de détail s’ils achetaient les ouvrages avec le journal.

De la même façon, les participants au panel « Améliorer votre rentabilité » ont échangé des idées sur les domaines de croissance dans des marchés internationaux choisis, ainsi que sur de nouvelles tendances pour augmenter les revenus. André Breedt, de Nielsen Book Research, a souligné qu’on a connu en 2018 une hausse des ventes de livres dans le monde, précisant que la croissance se produit souvent dans des genres différents selon les marchés. Par exemple, la croissance des ventes de livres en Inde a été enregistrée principalement pour les livres de non-fiction, alors que l’augmentation la plus importante en Australie et en Nouvelle-Zélande a été observée en littérature jeunesse. Selon la recherche Nielsen, le marché du livre au Royaume-Uni a connu une assez bonne croissance, plus de la moitié des titres de fiction ayant été vendus en format numérique.

Andrew Albanese, de Publishers Weekly, a repris l’affirmation de M. Redmayne pour qui la fin du déclin du livre imprimé constitue une grande réussite, si l’on considère la concurrence à laquelle doivent faire face les livres traditionnels, qui sont confrontés à l’éventail de formats mis aujourd’hui à la disposition des consommateurs. M. Albanese a fait remarquer la vigueur continue de l’édition traditionnelle aux États-Unis, comme en témoigne la tendance en matière de livres de politique et de non-fiction. La baisse des ventes de ouvrages de fiction (16 % sur 5 ans) a, à bien des égards, été compensée par une augmentation de 35 % pour les titres de non-fiction. M. Albanese a souligné un autre domaine de croissance, celui de l’autoédition qui, comme nous le verrons dans notre dernier blogue sur The Markets, est en train de devenir une source importante de contenus littéraires.

De même, Jiang Yanping d’Open Book, en Chine, a fait remarquer que les livres jeunesse sont les meilleurs vendeurs dans le marché chinois. Mme Jiang a décrit les façons dont les éditeurs chinois (tant privés que publics) s’efforcent de trouver de nouvelles manières de rejoindre les lecteurs. Elle a notamment décrit le cas d’éditeurs de livres de tricot et de couture qui se sont mis à vendre des machines à coudre, ainsi qu’un autre modèle utilisé par des éditeurs de livres de tourisme qui collaboraient avec des résidents de régions touristiques, pour leur donner un plus grand contrôle sur le contenu et sur la création de divers services connexes.

Malgré les nouvelles faisant état d’une croissance (à tout le moins d’une stabilité) dans de grands marchés anglophones, des recherches récentes sur les consommateurs de livres allemands pourraient être interprétées comme le canari dans la mine de charbon du secteur de l’édition. Une enquête récente sur le marché du livre en Allemagne – pays longtemps considéré comme un bastion de l’achat de livres -, commandée par l’Association des éditeurs allemands, a indiqué que le marché a perdu près de 7 millions d’acheteurs de livres au cours des dernières années. Selon une des conclusions importantes de l’étude, les bonnes ventes rapportées par le secteur étaient fondées sur des prix plus élevés des livres, qui ont malencontreusement dissimulé le recul des ventes. Faisant appel à des groupes de discussion et des panels de consommateurs pour tenter d’expliquer la diminution du nombre d’acheteurs de livres, les chercheurs ont trouvé que les consommateurs allemands avaient moins de temps à consacrer à la lecture : les gens ont peu de temps pour trouver un livre pertinent en librairie ou en ligne, et le temps disponible pour la consommation de contenus est consacré à d’autres plateformes. Même si l’amour des livres est toujours là, le temps est de plus en plus consacré à la consommation d’autres types de contenus, et de nombreux participants à l’étude ont rapporté un sentiment de perte, affirmant regretter de ne pas avoir assez de temps pour lire des livres.

Même si ces conclusions sont inquiétantes, Kyra Dreher, de l’Association des éditeurs allemands, a assuré que, pour les éditeurs et les acheteurs de livres de son pays, une piste pour l’avenir consistera à fournir une meilleure « orientation » aux lecteurs sur les ouvrages qui pourraient les intéresser, et donc à faire de la découvrabilité un important secteur d’intervention.

Dans notre prochain texte sur The Markets, nous nous pencherons sur cette question de la découvrabilité et présenterons certains exemples récents d’éditeurs et de créateurs de contenus qui utilisent de nouvelles plateformes et de nouveaux modèles pour rendre les titres plus facilement accessibles pour un plus large éventail de lecteurs. Vous voulez en savoir plus sur l’un ou l’autre des marchés mentionnés dans ce billet de blogue? Consultez les guides de marchés sur notre site Web!

 

2018-11-12 | Droits, Événements, Export, Foires du livre, Guides de marché, Numérique