La fabrication d’un livre audio

Comment fabriquer un livre audio? Nous avons des réponses! Dans cet article tiré de notre rapport intitulé Le marché mondial du livre audio, Michele Cobb et Michael Desrosiers vous offrent des conseils d’experts sur les différentes étapes de fabrication d’un livre audio.

Créer de bons contenus audio sur le plan technique est l’un des éléments les plus importants de l’ensemble du marché du livre audio. Le succès d’un livre audio dépend grandement de la qualité de l’enregistrement et du choix du narrateur. Presque toutes les plateformes permettant l’achat de livres audio présentent des critiques de la qualité de la bande audio et de la narration. Quelques mauvaises critiques auront presque assurément un effet dissuasif sur la plupart des acheteurs, à l’exception des plus fidèles adeptes de l’auteur ou du narrateur.

Première étape – Bien connaître votre livre

Dans le cadre de la première étape de création d’un livre audio, il faut comprendre la nature fondamentale du livre lui-même. Il faut au moins comprendre la voix du livre. Est-ce une voix féminine, masculine, ou ni l’une ni l’autre? Parle-t-on à la première ou à la troisième personne? Y a-t-il des accents? Sont-ils importants? Le livre a-t-il un rythme particulier? Y a-t-il certains personnages principaux qui sont très jeunes? Plusieurs narrateurs sont-ils nécessaires? A-t-on déjà donné voix à ce personnage? Une fois que l’on comprend ces éléments, on peut commencer à choisir un narrateur qui offrira la bonne voix. Il ne s’agit pas uniquement de choisir quelqu’un pour lire le livre à haute voix; cette personne créera les voix des personnages que les auditeurs entendront. Il arrive que les auteurs aient en tête une « voix » précise, et cette idée devra être transmise au narrateur. Il est souvent bénéfique d’impliquer l’auteur dans la production du livre audio, tant pour le narrateur que pour le produit audio en tant que tel, car l’auteur peut souvent offrir une orientation très utile.

Deuxième étape – Se concentrer sur la production

On ne juge pas de la qualité d’un livre audio uniquement à son contenu, mais aussi à la qualité de sa production. Les valeurs de la production doivent répondre aux attentes des auditeurs, présentant la narration sous son meilleur jour. De plus, certaines productions audio nécessiteront l’ajout de musique ou d’effets sonores pour renforcer l’enregistrement.

Pour obtenir la meilleure qualité de production et le meilleur son possible, il faut travailler avec un studio d’enregistrement où la production est supervisée par un réalisateur et un ingénieur de son présents sur les lieux. C’est aussi, bien sûr, la façon la plus coûteuse de procéder à l’enregistrement. On paie alors non seulement pour le temps passé en studio, mais aussi pour le temps du réalisateur, de l’ingénieur de son et du narrateur, et ce, pour environ 20 à 25 heures. À cela il faut ajouter le travail de postproduction, qui peut être coûteux mais nécessaire.

Dans le cas où l’on souhaite satisfaire un auteur renommé, l’importance de la relation pourrait exiger que l’on décide de consacrer quelques milliers de dollars supplémentaires à la production audio. La lecture d’un livre par l’auteur lui-même, par exemple, nécessite une aide pratique; encore une fois, on veut s’assurer que l’auteur est satisfait et a le sentiment que le processus lui sera profitable à long terme. L’équipe de soutien lui permettra de se familiariser avec les bases du processus de production et l’encadrera « dans la cabine ». On voudra peut-être utiliser aussi cette méthode plus coûteuse dans le cas où l’on fait appel à un narrateur de grande notoriété ou célèbre. L’embauche d’un acteur professionnel pour la narration d’un livre peut être très simple sur le plan de la publicité, ou encore si l’acteur a déjà joué des personnages au cinéma ou à la télévision. Mais il arrive que même des acteurs professionnels n’aient pas beaucoup d’expérience de narration ou encore que leur horaire chargé et leurs autres engagements nécessitent plus de flexibilité sur le plan des échéanciers.

Troisième étape – Choisir un narrateur

Faire appel à des narrateurs professionnels d’expérience permet d’éviter de nombreux écueils au cours du processus d’enregistrement. Même si leurs tarifs peuvent être plus élevés, ils sont plus rapides et facilitent le travail de postproduction. L’embauche de narrateurs moins expérimentés pourrait fonctionner dans le cas de lectures plus courtes ou si les impératifs financiers pour un livre empêchent de faire autrement. Il peut être utile de faire lire un livre par l’auteur lui-même, même si celui-ci n’a aucune expérience dans le domaine. Si une personne raconte « son histoire », cela devrait venir de cette personne ou encore d’une personne qui lui est très proche. Pour les ouvrages sur le commerce ou la croissance personnelle, ou encore pour les livres présentant une opinion ou une hypothèse très tranchée, la narration devrait être faite par la personne qui met sa réputation en jeu. En raison de leur inexpérience toutefois, les livres lus par leur auteur peuvent s’avérer plus coûteux à produire et nécessiter plus de temps.

Il est de plus en plus courant pour des narrateurs professionnels d’avoir un studio d’enregistrement à domicile. Bien aménagé, un tel studio offre une grande qualité sonore, et si le narrateur est talentueux, il réalise un excellent travail d’autocontrôle et produit une lecture haut de gamme du contenu. L’avantage de ce type d’enregistrement est que l’on obtient quand même une production de grande qualité, mais à moindre coût, car les frais pour le studio, le réalisateur et l’ingénieur de son sont regroupés dans le coût de la narration. Cela contribue à créer une structure de coûts plus concurrentielle. Cette méthode devrait être utilisée pour les productions audio de titres intermédiaires et moins populaires, où il est prioritaire de faire un profit sur l’audio, et une production plus sophistiquée ne se traduira pas en occasions de vente supplémentaires. Un narrateur très talentueux dans son studio à domicile peut produire une excellente production à un coût très raisonnable.

Quatrième étape – La postproduction

Une fois la lecture brute achevée, la postproduction créera la bande maîtresse finale. La postproduction consiste à nettoyer l’enregistrement et à éliminer tous les sons qui s’y sont infiltrés. Il se peut que le narrateur ait à reprendre certains passages. Un narrateur professionnel suppose habituellement des coûts de postproduction moins élevés. L’éditeur écoute et corrige l’enregistrement afin de compléter le casse-tête et produire une œuvre finale, prête pour la parution. De plus en plus de narrateurs enregistrent et font l’édition de leurs propres projets. Si ce processus peut sembler efficace, cela fait fi du fait qu’une deuxième paire d’oreilles est souvent importante pour le contrôle de la qualité. Dans le cas où l’on fait appel à un narrateur/producteur d’un studio à domicile, il est important de savoir si celui-ci confie la postproduction à un sous-traitant.

Cinquième étape Les formats de bande maîtresse

À cette étape, il faudra décider si vous souhaitez faire paraître à la fois le format physique et numérique. Les bandes maîtresses qui serviront à les produire doivent être créées de façon différente pour être en mesure de répondre aux exigences de duplication et de production. L’éditeur aura besoin de temps pour produire les deux bandes maîtresses, ce qui entraînera des coûts supplémentaires. Assurez-vous de prendre cette décision suffisamment à l’avance. Une fois le processus d’enregistrement et de production de la bande maîtresse terminé, vous pouvez transmettre celle-ci à vos partenaires de la distribution afin qu’ils l’intègrent à leurs systèmes. Pour ce qui est du produit physique, il faudra évidemment réaliser les étapes de duplication et d’emballage avant la distribution.

Sixième étape Les métadonnées

L’une des étapes les plus importantes de votre entreprise de production d’un livre audio est la création de vos métadonnées : ISBN, titre, auteur, droits d’auteur, date de parution, biographie de l’auteur, prix, poids, durée, nombre par boîte, etc. Pour chaque titre, il peut y avoir jusqu’à entre 50 et 75 renseignements à être transmis aux partenaires de la distribution.

Le premier élément dans ce processus est la collecte d’informations. Les renseignements pour chaque titre sont disponibles à différents moments du processus de production. Certains, comme le nom de l’auteur et le titre, seront établis dès le début; d’autres, comme la durée de l’enregistrement, ne seront connus qu’à la toute fin. Et même après avoir terminé et transmis les métadonnées aux partenaires de la distribution, il se peut que des corrections doivent être apportées.

L’une des grandes difficultés concernant les métadonnées, c’est le temps et les efforts requis pour gérer toutes ces données en respectant les exigences de téléchargement des distributeurs, exigences qui peuvent être différentes d’un partenaire à l’autre. Les systèmes de publication qui peuvent aider à ce processus ont tendance à être coûteux, surtout si vous ne les utilisez que pour les formats audio ou que vous êtes un éditeur de petite taille. Examinez votre base de données afin de déterminer si elle peut supporter l’ajout des données pour le format audio ou si vous avez besoin d’un nouveau système conçu pour les données spécifiques aux livres audio. Des outils simples comme Excel permettent de traiter vos données, mais le processus devient plus difficile et exige beaucoup de temps. La question importante est de garder les informations à jour et d’assurer la transmission aux partenaires de la distribution.

La dernière étape est l’envoi des métadonnées aux partenaires de la distribution. Chacun possède un « modèle » pour les données, que vous pourrez transmettre dans un tableur Excel ou par l’intermédiaire d’un flux ONIX. Ces transmissions se produiront à la fréquence nécessaire pour que vos titres soient publiés au moment opportun. Pour les entreprises de petite et de moyenne taille, un chargement mensuel de tous vos nouveaux titres est probablement suffisant. Une parution simultanée des titres est probablement l’élément le plus important pour assurer les meilleures ventes possible. Vous pourrez corriger tout problème relativement à vos données détecté par le distributeur si votre fichier est rejeté; sinon, une bonne pratique courante consiste à revoir les renseignements sur vos titres une fois qu’ils ont été chargés dans le système de votre partenaire. Après cette étape, vos titres seront prêts à être vendus, une fois que le partenaire de la distribution aura terminé le contrôle de la qualité de vos fichiers : audio, matériel visuel et métadonnées.

Ce texte est un extrait de notre rapport intitulé Le marché mondial du livre audio. Ne ratez pas cette occasion d’en apprendre davantage sur la fabrication du livre audio. Téléchargez votre exemplaire dès aujourd’hui!

2018-10-17 | Export, Guides de marché, Numérique